Exil fiscal : de plus en plus de français quittent le pays

C’est un fait, de plus en plus de contribuables français optent pour l’exil fiscal : pas moins de 35.000 personnes ont quitté la France en 2011, en très forte hausse par rapport aux années précédentes. Ces chiffres proviennent d’une étude publiée par Philippe Marini, président de la Commission des finances du Sénat.

Exil fiscal des riches et des jeunes

Les chiffres sont officiels puisqu’ils proviennent du Ministère des finances, et ils parlent d’eux mêmes : en 2010 ce sont 21.646 contribuables français qui ont opté pour l’exil fiscal, en 2011 ce chiffre a explosé pour atteindre 35.077 départs.
Ce que l’on peut remarquer est que 40% des exilés ont moins de 30 ans et ont un revenu fiscal moyen de 39.000 euros. Donc l’exil fiscal ne concerne pas, ou plus, seulement les hauts revenus et les riches mais aussi les jeunes cadres qui n’hésitent plus à partir, aussi bien pour des raisons professionnelles que fiscales.
Cependant, l’exil fiscal des plus riches ne baissent pas pour autant puisque 2024 foyers fiscaux dont le revenu fiscal est de plus de 100.000 euros ont quitté la France en 2011, alors qu’entre 2007 et 2010 le nombre de départs se situait selon les années entre 1100 et 1300. Et pour les foyers fiscaux dont le revenu fiscal excède 300.000 € c’est la même chose, puisque le nombre de départs est passé de 137 en 2007 à 169 en 2010 puis 251 en 2011 !

Exil fiscal : les destinations

Les destinations varient selon l’age et le patrimoine des foyers quittant la France.
Globalement, les destinations les plus prisées sont le Royaume-Uni et la Belgique, suivis des Etats-Unis, de l’Espagne, du Canada et de la Suisse.
Cependant il ressort de l’étude que plus les revenus sont importants plus les foyers fiscaux se dirigent vers la Suisse et la Belgique, qui sont des pays pratiquant une taxation faible des revenus du patrimoine et permettant d’échapper notamment à une fiscalité lourde sur les héritages.

Philippe Marini espère bien être en mesure de dévoiler les chiffres de l’année 2012 à la mi 2014, mais il y a fort à parier que la tendance ne s’inverse pas.
Les politiques fiscales de nos dirigeants successifs ne font qu’inciter des ménages de moins en moins riches à quitter le pays.

Poster un commentaire