Qui dit jeux olympiques dit impôts

La ville de Paris a décroché les Jeux Olympiques de 2024, grande victoire certainement pour Anne Hidalgo, maire de la dite ville, pour le Président Macron qui a tout fait pour cela, et sans doute également pour la région Ile de France qui entend bien tirer un peu la couverture à elle. Mais les contribuables parisiens et franciliens doivent se faire une raison : qui dit jeux olympiques dit impôts.
Et ce même si Anne Hidalgo s’en défend en précisant : « Je me suis engagée à ne pas augmenter les impôts. Et on ne le fera pas jusqu’en 2020. ».

Coupe du monde ou jeux olympiques = plus d’impôts

Le budget prévu est de 6,6 milliards d’euros. Cela peut sembler raisonnable au regard de ce qu’on vraiment couté l’organisation des JO précédents, à savoir 6 milliards officiellement pour Pekin 2008 (on peut d’ailleurs douter de la véracité de ce chiffre) et 15 milliards pour Londres 2012. Mais, il faut savoir qu’entre ce qui est prévu et ce qui est réalisé il y a toujours une grande différence, parfois même une très très grande différence. Ainsi Londres a triplé le prévisionnel : budget de 5 milliards versus 15 milliards de dépenses effectives.
Autre exemple récent en date, le cout de la coupe du monde 2018 de la Fifa qui aura lieu en Russie dont le budget de départ de 21 milliards d’euros serait déjà largement dépassé. Espérons toutefois que cela ne ressemble pas aux JO de Sotchi en 2014 dont le coût total avoisinait les 37 milliards d’euros, soit sept fois le budget initial.

Avec un budget inférieur à 7 milliards les JO de 2024 seraient parmi les moins couteux des derniers Jeux Olympiques d’été. Ce qui en soit serait plutôt surprenant. De nombreux spécialistes estiment d’ores et déjà que le budget réel sera supérieur à 10 milliards d’euros, certains estimant même qu’il dépassera les 15 milliards. Sachant que les retombées économiques sont attendues au mieux à environ 10 milliards d’euros on voit d’ores et déjà que financièrement les jeux olympiques de 2024 à Paris seront un gouffre financier et non une manne comme peuvent le chanter certains élus.

Dès lors, si les jeux coûtent plus qu’ils ne rapportent comment la Mairie de Paris, la région Ile de France et l’Etat français vont-ils faire afin de financer cet écart ?
Avec des impôts et taxes à n’en point douter. Et d’ailleurs, malgré l’affirmation contraire de l’édile, la ville de Paris a déjà réellement fait augmenter quelques impôts et taxes. Pas la taxe foncière ni la taxe d’habitation, cela serait bien trop visible et permettrait à certains de traiter les élus de menteurs. Ainsi, la taxe de séjour a doublé, les droits de mutation versés lors d’un achat immobilier ont augmenté de 10%, le coût du stationnement a doublé, le prix d’une concession de cimetière au cru de 15% et les redevances de pompes à essence payées par les stations services s’en envolé de plus de 200%. Autant de petites taxes qui mises bout à bout rapporte un milliard d’euros de plus à la ville de Paris. Mais comme les dépenses augmentent encore plus vite, la dette est passée en 3 ans seulement de 3,5 à 6 milliards d’euros.
Il n’y a que deux solutions possibles face au coût que l’organisation des JO 2024 va engendrer : soit augmenter les impôts et taxes, soit augmenter la dette et laisser le soin au prochain élu de choisir une solution, avec en cadeau d’adieu de la part de celle qui aura décrochée les Jeux à Paris une dette de plus de 10 milliards d’euros.

On le voit, organiser la coupe du monde de football ou les jeux olympiques, d’été comme d’hiver, est toujours un gouffre financier pour le pays organisateur et la ou les communes qui accueillent les épreuves. Certes cela dope le commerce, certes cela donne une image positive du pays, mais au final il n’en reste pas moins vrai que le contribuable est de nouveau mis à contribution puisque c’est lui qui, aux travers des impôts et taxes qu’il supporte un peu plus chaque année, finance ce type d’évènement.
Donc oui, qui dit coupe du monde et jeux olympiques dit impôts. Donc oui contribuables de Paris et d’Ile de France vous allez, peut être sans le savoir, sans doute de façon insidieuse, être mis à contribution afin de financer ce grand évènement que le Président et la Maire de Paris sont si fiers d’avoir décroché.

Poster un commentaire