Faut-il miser sur l’austérité ou la croissance pour sortir de la crise ?

Deux écoles s’affrontent quand il est question de savoir quelle politique économique doit être adoptée pour sortir de la situation de crise actuelle : l’austérité avec le gel voire la baisse des dépenses ou la relance par la croissance, par l´encouragement à la consommation et, au besoin, au crédit (crédit renouvelable ou consommation).

Les pays européens ont clairement choisi la première solution. La France s’y est mise, s’engageant à réduire son déficit de 95 milliards d’euros sur trois ans. Si ce plan d’austérité n’est pas le plus dure d’Europe il n’en reste pas moins que les objectifs fixés ont peu de chance d’être atteint, ce constat étant valable pour presque tous les pays d’Europe : le montant des économies prévues est difficilement atteignable, qu’il s’agisse de la France, de l’Espagne, du Portugal ou encore de l’Italie.

A l’opposée de l’Europe, les Etats-Unis ont choisi de privilégier la croissance économique. Les USA estiment que le déficit ne pourra pas être réduit aussi plutôt que d’essayer quand même de le réduire avec une politique d’austérité ils préfèrent consacrer l’argent à la relance de l’économie et à la stimulation de la croissance. Le résultat sera qu’en 2010 le taux de croissance sera de près d’un demi point plus élevé aux Etats-Unis qu’en Europe, phénomène qui devrait encore s’amplifier en 2011.

Que les pays européens souhaitent réduire leurs déficits abyssaux et essayer d’équilibrer leur budget est une bonne chose, mais il ne faudrait pas pour autant qu’ils sacrifient tout à ces programmes d’austérité, oubliant la croissance et sacrifiant l’emploi, n’offrant plus qu’un avenir de tristesse et de rigueur économique quand d’autres pays optent pour la croissance.

Poster un commentaire