La Commission européenne invite la France a plus de rigueur

La Commission européenne a réalisé au cours des derniers mois des études approfondies concernant l’économie de 12 pays membres de l’Union Européenne dont la France.
Ces études ont été réalisées dans le cadre de la mise en place d’un dispositif de surveillance macro-économique, un tout nouvel outil dont l’objectif est de détecter les problèmes importants, tels que des déficits ou un taux de chômage trop élevés, afin que ces problèmes puissent être corrigés avant qu’il ne soit trop tard.

Les principaux points sur lesquels la France doit progresser sont le coût du travail et la mise en place d’un système fiscal plus simple et plus juste.
Concernant le coût du travail, la Commission souligne que « depuis 2000, les salaires nominaux ont augmenté plus vite que la productivité » et, de plus, la fiscalité sur le travail est trop élevé. Sans conseiller de baisser les salaires, la Commission conseille de faire attention aux hausses des salaires afin de les modérer, ce qui va plutôt à l’encontre du programme du nouveau gouvernement.
Concernant le système fiscal français, la Commission estime qu’il est à la fois trop compliqué et non équitable. Il faudrait, selon la commission, diminuer la pression fiscale pesant sur les revenus du travail et augmenter la taxation environnementale pour compenser.

La Commission européenne conseille également de réduire les niches fiscales afin d’augmenter les recettes fiscales, ce que prévoit le gouvernement, mais par contre elle a souligné que la retraite à 62 ans était une bonne chose, et que la ramener à 60 ans couterait fort cher et ne permettrait pas de ramener le régime des retraites à l’équilibre en 2018.

La France doit donc éviter d’augmenter trop les salaires, tout en réduisant la fiscalité pesant sur les salaires et faire attention à ses dépenses afin de ramener le déficit sous la barre de 3% en 2013.

Poster un commentaire