La Grèce s’enfonce encore un peu plus

Déjà renflouée à hauteur de 110 milliards d’euros en 2010 par la Communauté Européenne, la Grèce ne semble pas en mesure de se sortir de sa situation financière catastrophique.

La Grèce estimait que son déficit public 2010 serait inférieur à 10% de son PIB, estimant même qu’il serait de 9,6%. C’est raté puisqu’il atteint 10,5% du PIB !
Le montant total de la dette du pays atteint 142,8% du PIB.
La bonne nouvelle en apparence est que le taux du déficit public baisse puisqu’il était de 15,4% en 2009, par contre la mauvaise nouvelle si la Grèce ne parvient à contenir ses dépenses qui augmentent alors même que ses recettes diminuent.

Les résultats pour les autres pays sont mitigés, le déficit public moyen des pays de la zone euro est de 6% du PIB et la dette publique représente 85,1% du PIB.
La France n’est toujours pas parmi les meilleurs élèves puisque son déficit public représente 7% du PIB et sa dette publique 81,7% du PIB, chiffres qui sont à comparer par exemple avec notre amie l’Allemagne dont on veut tant se rapprocher et qui affiche un déficit public représentant 3,3% de son PIB. Si l’on regarde les chiffres de la France dans le détail on constate une légère réduction du déficit public, qui passe de 142 millions d’euros en 2009 à 136 millions en 2010. Par contre, la dette publique elle continue d’augmenter passant de 1,49 milliards d’euros en 2009 à 1,59 milliards en 2010.

Pour rappel, la France s’est engagée, comme tous les pays adhérents de la zone euro, à ce que son déficit public ne dépasse pas 3% du PIB (on est à plus du double en 2010 !) et à ce que se dette publique ne dépasse pas 60% du PIB. Dans les deux cas, c’est raté, mais on va se rassurer en se disant qu’on n’est pas les seuls.
Certains argueront que les objectifs sont trop restrictifs, c’est possible, mais on notera quand même que certains pays y arrivent, parmi lesquels la Bulgarie (déficit public à 3,2% et dette à 16,2%), le Danemark (2,7 et 3,6%), l’Estonie (pas de déficit public mais un excédent de 0,1% et 6,6%), le Luxembourg (1,7% et 18,4%) ou encore la Finlande (2,5 et 48,4%).
Mais comment font-ils ?

Poster un commentaire