Y a-t-il une offre de valable sur les 3 offres de reprise d’Heuliez

On a appris ce mardi 08 juin 2010 que trois dossiers de reprise d’Heuliez avaient été déposés. Sur le principe on peut se dire que plus il y a d’offres plus la possibilité de trouver un « bon » repreneur sera grande.

Cependant, il s’avère nécessaire d’analyser plus en détails les profils de ces candidats à la reprise d’Heuliez après les fausses joies liées aux reprises avortées par Bernard Krief (BKC) puis Alphan Manas.

La première offre est l’offre conjointe de Baelen Gaillard Industrie (BGI) et la société allemande ConEnergy.
BGI, qui est une société créée par des anciens d’Heuliez, reprendrait l’activité embouteillage et laisserait l’activié voiture électrique à ConEnergy.
La deuxième offre est celle de Delamore & Owl, un fonds d’investissement malaisien.
La troisième offre est celle de Charles-Henri Mircher, via sa société XUL.

L’offre de Delamore & Owl peut sembler intéressante car il s’agit d’un groupe disposant de moyens financiers importants. par ailleurs, le groupe a annoncé être prêt à investir 25 millions d’euros dans Heuliez et garantirait l’emploi de l’ensemble du personnel, soit 600 personnes. Cependant le groupe est avant tout un groupe d’investissement, sans présence en France et avec des compétences dans le domaine de la finance mais beaucoup moins, pour ne pas dire pas du tout, dans l’industrie automobile.

L’offre de Charles-Henri Mircher via sa société XUL, qui dit être le nouvel actionnaire majoritaire d’Heuliez suite au rachat de titres jusqu’alors détenus par la société BKC, semble étrange. Il n’est en effet pas certain qu’il dispose des fonds nécessaires à la relance d’Heuliez.

L’offre conjointe BGI ConEnergy semble la plus logique, même si elle implique la scission d’Heuliez en deux parties. En effet, chacun des investisseurs s’intéresse à la partie qui le concerne et qu’il maitrise.

L’entreprise Heuliez peut elle encore prendre le risque de remettre son destin entre les mains d’un investisseur qui ne saura la sortir de la situation actuelle (on se souvient de Voxan qui est passée de mains en mains avant d’être définitivement liquidée il y a peu) ou ne serait-il pas raisonnable, dans l’intérêt de tous, de se tourner vers des professionnels de l’industrie automobile qui apportent à la fois de l’argent, des connaissances du milieu et un réel projet ?

Comments (1)

 

  1. […] dossiers de reprises d’Heuliez avaient été déposés début juin 2010, dont deux qui semblaient tenir la route, en […]

Poster un commentaire