Rapport Doing Business 2016

doing business 2016 Comme chaque année la Banque Mondiale publie son rapport « Doing Business » mesurant les régulations favorables et défavorables à l’activité des entreprises dans le monde.

Cette année, pas moins de 189 pays ont été analysés, au travers de critères tels que la facilité de création d’entreprise, d’octroi de permis de construire, de transfert de propriété, d’obtention de prêt ainsi que le poids des impôts et taxes, leur nombre ou encore le temps passé à remplir des documents fiscaux et administratifs.

Comme l’an passé, en première position on retrouve Singapour, grâce notamment à sa facilité de création d’entreprise et à sa fiscalité allégée. Juste derrière Singapour, La Nouvelle-Zélande confirme sa place de pays accueillant pour les entreprises et notamment les start-up qui y sont de plus en plus nombreuses.
Le Danemark, premier pays d’Europe, est en 3ème place et la Grande-Bretagne se place 6ème.

La position de la France reste malheureusement inchangée, au 27ème rang et il faut se consoler car elle aurait même pu reculer.
En effet, la facilité de création d’entreprise, d’obtention de crédit ou encore de transfert de propriété ont régressé l’an passé. Le seul élément de progrès porte sur la partie taxes et impôts. Mais attention, cela ne signifie pas qu’en France on paie moins d’impôts qu’ailleurs, au contraire, c’est uniquement dû au fait que le temps qu’il faut pour préparer, déclarer et payer l’impôt sur le bénéfice des sociétés, la taxe sur la valeur ajoutée et les cotisations de sécurité sociale prend moins de temps que dans la moyenne des autres pays.
Car coté fiscalité, la France est toujours un des pays taxant les plus fortement : ainsi le taux d’imposition total, qui mesure le montant des impôts et cotisations obligatoires à verser par l’entreprise exprimé en proportion des bénéfices commerciaux, est de 62,7% en France contre 41,2% en moyenne. A titre de comparaison il est de 24,5% au Danemark un pays dont le modèle social est pourtant montré en exemple par nos dirigeants.

Le rapport complet est disponible sur le site doingbusiness.org.

Comments are closed.