Les grandes sociétés US possèdent 2000 milliards de dollars dans des paradis fiscaux

offshore shell games 2015   Les organisations Citizens for Tax Justice et PIRG Education Fund ont publié une étude de 50 pages qui montre que près de trois quart des 500 plus grandes entreprises (les Fortune 500) des Etats-Unis disposent d’au moins une filiale située dans un paradis fiscal.

Au total, les 500 plus grandes entreprises US détiennent 7622 filiales dans des paradis fiscaux pour un montant de 2.100 milliards de dollars. Ce qui leur permettraient d’éviter de payer pas moins de 90 milliards de dollars au fisc américain chaque année. Si ces 2.100 milliards étaient rapatriés sur le sol américain, les maisons mères seraient redevables de 620 milliards de dollars d’impôts!

Sur les 500 plus grandes entreprises des Etats-Unis, 358 d’entre elles, soit 72%, possèdent au moins une filiale immatriculée dans un paradis fiscal. Ces 358 sociétés totalisent ensemble pas moins de 7622 filiales dans des paradis fiscaux, dont 1225 sont les filiales de seulement 30 sociétés.
Les 358 grandes sociétés US concernées disposent en tout de 2.100 milliards de dollars accumulés dans les paradis fiscaux qui représentent un manque à gagner annuel de 90 milliards de dollars pour le fisc américain.

Les plus grandes sociétés sont concernées notamment :
– Apple, qui dispose de 181 milliards de dollars offshore,
– Pfizer, qui détient 74 milliards répartis entre 151 filiales situées dans des paradis fiscaux,
– PepsiCo, qui a 37,8 milliards répartis dans 132 filiales offshore,
– Amercian Express, qui a 9,7 milliards répartis dans 23 paradis fiscaux,
– Nike qui a 8.3 milliards aux Bermudes,
– Morgan Stanley, qui détient 7 milliards offshore répartis dans pas moins de 210 filiales.

Certaines grandes sociétés ont également réduit le nombre de leurs filiales situées dans des paradis fiscaux mais pas pour autant les sommes qui y sont. Ainsi Google est passé de 25 à 2 filiales offshore, mais les sommes non rapatriées sont passées de 7,7 à 47 milliards! Il en va d emême pour Microsoft, dont le nombre de filiales offshore est passée de 10 à 5 entre 2007 et 2014, mais sur la même période les sommes détenues par la société dans les paradis fiscaux ont été multipliées par 14.

Lire le rapport « Offshore Shell Games » en anglais (PDF)

Comments are closed.